Autour du projet

La laïcisation de l’école de filles (1878) oblige la municipalité à engager des travaux dans un local loué qu’elle espère acquérir par la suite. Mais le bailleur ayant manifesté l’intention d’en reprendre possession (1886), la commune fait établir un projet dans l’urgence. Le bail sera néanmoins prorogé d’un an.

Considérant que certaines dispositions ne sont pas conformes au règlement, le Conseil des Bâtiments civils réclame quelques améliorations aux logements.