Accueil > Les écoles de Dulac > 1880 MONTCEAU-LES-MINES > Contexte politique et scolaire

Contexte politique et scolaire

Dès 1835, la Compagnie des Mines de Blanzy avait ouvert les premières écoles gratuites (Cité des Alouettes), alors que la création d’une école communale de garçons laïque et payante devra attendre 1864 (Maison Pallot, angle des rues Centrale et Saint-Marie). La commune restera dispensée par l’Administration d’ouvrir une école pour les filles jusqu’en 1878.

Dans le cadre de sa politique paternaliste, la Compagnie des Mines se lance dans un programme ambitieux de constructions scolaires au cours des décennies 1870-1880 : sous la direction de ses architectes, Goichot et Suisse, s’élèvent de vastes bâtiments dans les différents quartiers et cités minières de la ville. Seules deux classes sont réservées à l’hôtel de ville, construit en 1876, pour l’école communale de garçons, bientôt complétées par la location de salles dans la maison Bonnot, rue de l’Eglise.

Les élections municipales de 1878 amènent la défaite de Léonce Chagot, directeur de la Compagnie des Mines et maire sortant. Une municipalité républicaine s’installe autour du docteur Jeannin, par ailleurs élu au Conseil Général. Plusieurs délibérations sont immédiatement prises en faveur de l’instruction : création d’une école communale de filles (Maison Parriat, rue de l’Est), gratuité dans les écoles communales.

Pour faire face à l’afflux d’élèves dont l’effectif potentiel est estimé à 2000, le conseil municipal constate l’urgence de construire des écoles (Délibération du 9 février 1879). D’un côté facilitée par la création de la Caisse pour la construction des écoles (Loi du 1er juin 1878), la mise en œuvre de cette politique se déroule dans un contexte politique local alourdi par les procès entre la municipalité et la Compagnie (Propriété ou jouissance des espaces et édifices publics).