Autour du chantier

La fin du chantier est marquée par le retard apporté à la construction des latrines, au règlement de l’entreprise et au versement de la subvention, chacun étant dépendant de l’autre.

L’entrepreneur doit attendre un arrêt du Conseil de Préfecture (20 février 1885) qui solde l’entreprise tandis qu’une délibération municipale (4 août 1885) décide « la prompte construction d’un puits et des latrines » par l’entrepreneur Claude Vittaut). Préau et clôture attendront 1912.