L’héritage de Dulac

Dans un esprit assez proche, le chalonnais Gindriez élève la plupart de ses bâtiments en pierre. Mais l’usage immodéré de la brique et le décor éclectique qui caractérisent ses oeuvres, l’éloignent d’une éventuelle filiation avec l’architecture plus austère et plus solennelle de Dulac. Les deux hommes s’estimaient sans doute, puisque la sœur et héritière de Dulac fait appel à Gindriez pour régler certaines affaires après le décès de son frère.

C’est chez le Mâconnais Boiret qu’il convient de rechercher l’héritage le plus pur. Des circonstances personnelles les ayant rapprochés, Boiret était devenu l’homme de confiance de Dulac, auquel il réservait la surveillance de ses chantiers du Mâconnais. Boiret aidera la sœur de Dulac dans la difficile liquidation des entreprises restées en souffrance, et dressera les plans du tombeau de l’architecte à Savianges. Il suffit de regarder ses réalisations en Autunois pour se convaincre de la parfaite connaissance qu’il avait acquise des principes architecturaux de Dulac.


SAINTE-HELENE. Mairie-école de garçons. Arch. C. Gindriez, 1894.


ANOST. Ecole de Dront. Arch. J.B. Boiret, 1902.