Autour du projet

Dulac est sollicité dès 1881 pour présenter un projet jugé beaucoup trop coûteux (environ 25 000 F). La municipalité ayant refusé de voter une imposition supérieure à trente centimes, le projet reste en souffrance jusqu’en 1888.

Cependant, l’ancienne école est « dans des conditions tellement fâcheuses qu’elle devrait être interdite » (rapport de Dulac du 15 décembre 1887) ; après réparations, ce bâtiment, qui existe toujours, accueillera pourtant l’école de filles.