Autour du chantier

Au bout de six mois de travaux, le 22 octobre 1882, une partie des maçonneries s’écroule. Le chantier est suspendu sur ordre de la préfecture, tandis qu’une autre partie s’effondre deux mois plus tard. A la requête de l’entrepreneur, l’architecte autunois Badet dresse un rapport d’expertise, seul document à livrer un dessin de l’édifice (27 octobre 1882).

C’est alors Dulac intervient à titre d’expert pour la commune. Le procès-verbal de l’expertise (30 avril 1883) préconise la reconstruction totale de l’édifice.

En 1883, la contestation de l’expertise par l’entrepreneur devant le Conseil de préfecture retarde encore la reprise des travaux. L’année suivante, la municipalité accepte la démission de l’architecte Bidault et nomme Dulac pour mener enfin l’entreprise à son terme (délib. du 31. 08. 1882).