Autour du projet

A l’emplacement initialement prévu, jugé trop proche du cimetière, est substitué un terrain face à l’ancienne école, que le propriétaire refuse de vendre et qu’il faut acquérir par voie d’expropriation (31 décembre 1890).

Le projet est renvoyé au préfet avec de nombreuses objections ministérielles : mauvaise disposition des services et des accès, dimensions du logement, épaisseur des murs ; mais surtout critique de deux procédés chers à Dulac : l’emploi de la pierre et de solives posées sur diagonale.


Dessin de Dulac : plan d’ensemble [ADSL O 1909]