François BONHOMMÉ fonderie

Coulée de fonte à Indret.

Huile sur toile, vers 1864.

125 x 220 cm.

François Bonhommé (1809-1881), dit « le forgeron », est témoin de l’industrialisation. Il représente les forges d’Abainville et de Fourchambault avant de peindre les grandes usines du Creusot et les sites miniers de Montchanin et de Blanzy, puis les arsenaux d’Indret et de Toulon. Œuvres de commande destinées aux maîtres de forges ou dessins pour des ouvrages de vulgarisation, ses représentations allient qualité esthétique et précision documentaire.

Écomusée, dépôt de l’Académie François-Bourdon.

Cette œuvre est une représentation remarquable du travail industriel et de la fonderie de seconde fusion, c’est-à-dire des opérations de moulage des pièces en métal. Le centre de la toile présente le remplissage du moule par la fonte liquide dont la coulée est contrôlée par un ouvrier juché sur un escabeau.