François BONHOMMÉ Forgeage

Forgeage au marteau-pilon dans les ateliers d’Indret de l’arbre coudé d’une frégate à hélice de 600 chevaux.
Huile sur toile, vers 1865.

125 x 220 cm.

François Bonhommé (1809-1881), dit « le forgeron », est témoin de l’industrialisation. Il représente les forges d’Abainville et de Fourchambault avant de peindre les grandes usines du Creusot et les sites miniers de Montchanin et de Blanzy, puis les arsenaux d’Indret et de Toulon. Œuvres de commande destinées aux maîtres de forges ou dessins pour des ouvrages de vulgarisation, ses représentations allient qualité esthétique et précision documentaire.

Écomusée, dépôt de l’Académie François-Bourdon.

Cette œuvre permet de saisir certaines caractéristiques du monde du travail sous le Second Empire : abondante main-d’œuvre, dangerosité des tâches, ampleur des installations industrielles métallurgiques. Elle nous renseigne également sur l’architecture des bâtiments industriels à cette époque.

François BONHOMMÉ