Pour retrouver la mémoire enfouie...

Le bassin minier de Blanzy, Montceau a été le témoin de l’exploitation et de l’extraction de la houille depuis le XVIe siècle.
Aujourd’hui, cinq siècles après, que reste-t-il de cet héritage qui a vu des générations d’hommes travailler au fond de la mine ou en surface ? Générations qui ont connu le travail épuisant, les coups de grisou et leurs victimes, mais aussi les fêtes, la camaraderie, la solidarité des gueules noires, et la gestion paternaliste du principal employeur du bassin. Des générations de mineurs qui ont été les acteurs d’un pan vital de l’économie nationale - de 1810 à 2000, plus de 200 millions de tonnes de charbon ont été extraites dans le bassin de Blanzy.
Une activité d’un autre âge ? Pas encore pour les uns, sans doute pour d’autres. Les derniers puits ont été arrêtés en 1992, l’exploitation du charbon en carrière a cessé en 2000.

Le musée de la Mine de Blanzy permet, grâce aux efforts des bénévoles de l’association La Mine et les Hommes, de retrouver - à l’échelle d’un carreau, où travaillaient 90 mineurs - les lieux de l’activité minière.

Vous ne pouvez pas vous tromper. En arrivant à Blanzy, le chevalement dresse ses 20 mètres au-dessus du puits Saint-Claude, tel un beffroi ou un clocher, rappelant que l’industrie minière offrait à la vue un territoire bien particulier, des carreaux, des cités minières...
Entrez dans le bâtiment principal, analogue aux bureaux centraux de la Compagnie des mines, où se trouvent, au rez-de-chaussée, une boutique - livres, reproduction de lampes... - , une salle de projection où une vidéo permet de se familiariser avec les méthodes de travail ; des maquettes, des coupes géologiques. A l’étage, une exposition permanente retrace la vie dans le bassin de Blanzy : de la mine au bureau d’études en passant par les divertissements, les œuvres sociales, l’intérieur de l’habitat minier en 1920... Cinq périodes qui font revivre les conditions de vie et de travail - joies et peines - des mineurs.
A l’extérieur, laissez-vous guider : après la statue de J. Chagot, fondateur de la Compagnie des mines de Blanzy, entrez dans la lampisterie et découvrez l’évolution de l’éclairage si particulier dans les mines de houille à cause du grisou.
Ensuite, vous comprendrez l’activité d’un puits d’extraction avec le circuit de roulage et de culbutage des berlines. Vous découvrirez aussi les chariots, les locomotives de mines...
Le puits Saint-Claude, d’une profondeur de 30 mètres, est équipé d’une cage et d’une benne en état de marche.
A côté, la salle des machines abrite la machine d’extraction à vapeur, des pompes d’épuisement, des moteurs, dont une machine électrique Gramme de 1885 ; tout ce matériel en parfait état de fonctionnement.

Et, sur plus de 200 mètres, vous cheminerez, sous terre, de galeries en bois en galeries à soutènement métallique. Au cœur de la mine, vous pourrez observer l’évolution des techniques et des différents matériels d’abattage, du pic à deux pointes au plateau-rabot - unique en France - et de desserte, de la traction animale au monorail et convoyeurs.

Originalité du musée de la Mine de Blanzy : le matériel exposé est en grande partie en parfait état de marche, et il est montré en fonctionnement plusieurs fois par an, lors de journées d’animation.