machine à vapeur

ATELIER DUCAROY ET GRANGE, Modèle réduit de la machine à vapeur de la Fonderie royale du Creusot en 1790.

Bois aggloméré, 2003.

L : 110 cm ; l : 80 cm ; H : 72 cm.

Échelle : 1/20.

Modèle réalisé d’après les plans conservés au musée de l’Histoire du fer de Jarville.

Les machines à vapeur à simple effet produisent un mouvement linéaire alternatif adapté à la mise en mouvement de pompes. Watt est sollicité par des industriels du textile qui lui demandent des machines pouvant produire un mouvement rotatif.
La première machine de ce type est fournie par Watt à John Wilkinson en 1783 ; c’est une machine dans laquelle l’effet moteur se fait dessous et dessus le piston. Ce double effet (tirer et pousser le balancier) permet d’entraîner une roue par l’intermédiaire d’engrenages. La machine qui fait mouvoir les marteaux des forges de la Fonderie royale, dessinée de façon détaillée sur les plans, n’est qu’à peine mentionnée par les visiteurs, et n’est même pas évoquée par Watt lors de sa visite à Montcenis en 1786. On peut penser que cette « première tentative de machine de rotation a échoué 1 » (Jacques PAYEN, Les frères Périer et l’introduction en France de la machine à vapeur de Watt, Paris, 1969).