portrait du forgeron et son cadre

« Portrait de Georges Thirion, forgeron », 1923.
Peinture d’Edmond Chaîne (Besançon 1885-Le Creusot 1944) et cadre en fer forgé de Georges Thirion (Nancy 1882-Le Creusot 1846).
Don de Mme Thirion en 2009.

Elève de Félix-Henri Giacomotti (quingey 1828-Besançon 1909), Edmond Chaîne devient professeur de dessin d’art aux Ecoles spéciales des établissements Schneider au Creusot et fut notamment le maître de Raymond Rochette (Le Creusot 1906-Le Creusot 1993).
Georges Thirion part apprendre la ferronnerie à Paris après 1900 où ses maîtres lui expliquent l’impossibilité de forger des fleurs de lilas. Il releva le défi quelques années plus tard. Installé au Creusot, il travaille comme artisan serrurier d’art mais aussi au forage des burins des usines Schneider.

Le peintre représente le forgeron forgeant le cadre. Cette œuvre est exceptionnelle par l’association de la peinture et de l’art du métal. Le cadre est une prouesse technique, notamment dans la réalisation minutieuse des lilas et des feuilles de ginkgobilobas, symboles de longévité.